Chanter les saisons (cantiques nouveaux)

publié le Vendredi 29 mars 2013 par
dans Liturgies > Notre Coeur Liturgique

TEMPS ORDINAIRE
[BENEDICITE], LCP p36-37 –  
Bénissez le Seigneur
mus. Marie-Louise Girod / t. Fr Pierre-Etienne, Joëlle Gouel

1.
Vous tous les cieux du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous tous les hauts faits du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous les anges du Seigneur,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
2.
Vous tous les nuits et les jours,
bénissez le Seigneur !
Vous tous les éclairs, les nuées,
bénissez le Seigneur !
Vous, la lune, le soleil,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
3.
Vous tous les mers, les ruisseaux,
bénissez le Seigneur !
Vous tous les poissons dans les eaux,
bénissez le Seigneur !
Vous les bêtes, les oiseaux,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
4.
Vous tous les enfants de Dieu,
bénissez le Seigneur !
Vous tous serviteurs du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous prophètes, vous martyrs,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
5.
Vous étoiles du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Et vous les armées du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous la lumière, la ténèbre,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
6.
Vous tous les vents du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous le firmament du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous montagnes et collines,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
7.
Vous feu, brûlure du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Et vous les frimas et le gel,
bénissez le Seigneur !
Vous tous, froidure et chaleur,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !
8.
Vous saints et humbles de cœur,
bénissez-le Seigneur !
Et vous tous les fils du Seigneur,
bénissez le Seigneur !
Vous la terre du Seigneur,
bénissez le Seigneur :
À lui, haute gloire, louange éternelle !

[MY TRUE LOVE] LCP 019 Danse ô mon amour
m. Keith Landis / h. Dale Wood, t. Joëlle Gouel

« Dieu dansera pour toi avec des cris de joie
Comme aux jours de fête » So 3, 17c

1. Dès l’aube demain, tu danseras !
Ô mon amour, sauras-tu par chance
Voir la légende de mon pas ?
Ô viens ! viens mon amour à la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

2. Ô vierge, ma mère, naissance pure,
Chair de ta chair, j’en devins substance
De l’homme empruntant la nature,
Ô viens ! Viens mon amour à la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

3. Puis sur de la paille on m’étendit,
Si pauvre, voyez-là bien ma chance !
Le souffle du bœuf me couvrit,
Ô viens ! Viens mon amour à la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

4. Et quand baptisé, on entendit
Chanter l’oiseau en grande abondance,
Par l’Esprit Saint que Dieu m’offrit,
Ô viens ! Viens mon amour à la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

5. Vers le grand désert je me rendis,
Priant, jeûnant, pour ma subsistance,
Ce furent des pierres qu’on m’offrit,
Détournant mon amour de la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

6. Puis devant Pilate amené,
Quand Barabbas reçu délivrance,
Le Fils de l’Homme fut condamné,
Conduit par les hommes dans la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

7. Sur le bois infâme, fus pendu,
le cœur percé, ô cruelle lance,
La coupe amère je la bus,
Ô viens, mon amour, boire à ma danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

8. En enfer si loin je descendis
Vaincre le mal pour ta délivrance,
Du tombeau ouvert, je sortis
Retrouver mon amour dans la danse.
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

9. Puis au Paradis là où je suis,
Près de mon Père dont je suis substance,
Dans mes mains, où ton nom est inscrit,
Viens, entre mon amour dans ma danse !
Danse ô mon amour, danse ô ma sœur,
Ceci je l’ai fait, pour toi mon cœur.

CARÊME
[JESU CORONA],
LCP 173 O Jésus-Christ

Ô Jésus-Christ, entends nos cris,
Reçois nos larmes, nos mépris.
Devant ton trône, toi qui vis,
Absous nos maux en ta merci.

Rends à nos cœurs ta liberté,
Tu connais nos fragilités,
Consume en nous notre péché,
Abonde en grâce, en vérité.

Nos fautes sont perte de toi,
Ta rédemption vient de ta croix,
Ton sang guérit nos désarrois,
L’amour ravive notre foi.

Rassure-nous par l’amitié,
Rassemble nos disparités
Et par ton nom, restitués,
Ancre-nous dans l’éternité.

Nous chantons, Sainte Trinité,
Seul Dieu, éternelle Unité
D’où jaillit toute charité,
Ton nom, ton pardon, ta beauté.

TEMPS PASCAL – [EDMONDON]   LCP 190 Tout repose
mus. Ronald Perrin / t. G.A.Studdert-Kenney / f. Joëlle Gouel

1. Tout repose ! Tout repose ! tout est calme cette nuit.
Et la nue, rose et ambre, s’épanche vers l’infini,
Et la nue ensanglante une source qui bénit.

2. Mais c’est l’aube qui se lève et dissipe les embruns,
Et l’étoile veille encore sur le soleil du matin ;
C’est la lumière éternelle, et le soleil ne meurt point.

3. Tout repose ! Tout repose ! pour le Seigneur crucifié.
Le silence est indicible là où la foule a crié.
Et Marie, transpercée, a pleuré de son côté.

4. Mais l’aurore se dévoile sur le vide du tombeau.
Et les anges chantent au monde le matin d’un jour nouveau,
Et Dieu porte la blessure éternelle de nos maux.

5. Et les braves l’accompagnent sur la route de la nuit.
Toi mon frère, toi mon âme, tout alentour, près de Lui,
L’entendez-vous haute et claire, Sa voix vous appelle aussi.


[THIS IS THE TRUTH], Il est venu
mus. R Vaughan-Williams, t. Joëlle Gouel

Il est venu ce fils de roi
que les plus pauvres ont reconnu,
il est venu pour faire droit
quand les puissances frappent dru.

Vienne la paix du fils perdu
qu’un vent de Pâques a réveillé,
vienne l’aurore du Dieu nu
sur le bois mort de nos collines !

Mais qui verra ce jour venu
si nous restons aveugles nés
sans espoir du temps nouveau
où de la colline Dieu fait signe.

Il descendra le Roi Sauveur,
comme la pluie sur le regain,
Il descendra nourrir le feu dormant
au coeur de nos semences.

Que monte au coeur de nos racines
le chant de l’arbre au sang versé !
Fleurisse au monde en joie de vivre
la paix du fils ressuscité !

TEMPS DE NOËL
[COVENTRY CAROL], LCP 163 Carol de Coventry
 t. Joëlle Gouel

Loulé, loula ! petit enfant.
Adieu, loulé, loula ! (bis)

Voyez mes soeurs, quelle est cette heure ?
C’est celle du trépas !
Berçons l’enfant sur notre coeur,
Adieu, loulé, loula.

LIT [KYRIE]
Petit enfant, entends nos pleurs,
Ô prends pitié, Seigneur !
Ô Jésus-Christ, entends nos cris
Ô prends pitié, Seigneur !

AVENT
[COLUMCILLE], 
 LCP #148, Sans bruit sur la vitre
t. Joëlle Gouel

Sans bruit sur la vitre, sans heurt au linteau,
Sans clarté, sans flamme d’une étoile en-haut,
Sans rêve de femme, sans peur, elle s’éveille
Avec un bel ange qui lui parle tout bas dans l’oreille :

- « Oh ! Marie, 0h ! Marie, ne te voile pas,
Le Seigneur te garde, le regard sur toi !
C’est le temps du monde pour le racheter,
Car du Sauveur, que tu sois la mère, Il te l’a demandé.

Cet enfant doit naître pour des renouveaux,
Sa lutte pour les hommes dans leur choix du beau,
Message de vie, couronne de joie,
Tour à tour victime et puis vainqueur, du Royaume Il est Roi ! »

Sans don, ni promesse – sacrifices vains -
Sans des épousailles par devant témoins,
Marie dans la paix, du fond de son coeur,
Sourit à l’ange tout en le priant de dire « oui » au Seigneur.

Psalmodie 40, 7-12 
mus. Gelineau 42

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens ».

Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles »

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon coeur,
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

Toi, Seigneur,
ne retiens pas loin de moi ta tendresse ;
que ton amour et ta vérité
sans cesse me gardent !

TOUSSAINT
Les Béatitudes,
LCP#106

Heureux ceux qui ont l’esprit de pauvreté,
Le royaume des cieux est à eux.
Heureux les doux :
Ils auront la terre en partage.
Heureux ceux qui pleurent :
Ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont fait et soif de la justice :
Ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux :
Il leur sera fait miséricorde.
Heureux les coeurs purs :
Ils verront Dieu.
Heureux ceux qui font oeuvre de paix :
Ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :
Le royaume des cieux est à eux.
Heureux êtes-vous quand on vous insulte, quand on vous persécute et que l’on
dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux.

LA PRIÈRE DU SOIR
[ ST CLEMENT]  
LCP #112, A l’horizon, le jour s’éloigne 
t. H. Ecuyer

À l’horizon, le jour s’éloigne,
L’obscurité descend sur nous,
Comme au matin, nos mains se joignent,
Et nous te louons à genoux.

Seigneur, tandis que notre terre
Poursuit sa course dans les cieux,
Toujours l’Église, à ta lumière,
Est vigilante en quelque lieux.

Puisqu’à chaque heure, avec l’aurore,
Le soleil luit sur un sommet,
La voix qui prie et qui t’adore,
Seigneur, ne se taira jamais.

Quand je repose d’autres veillent,
À l’occident, sous ta clarté,
Et chantant bien haut tes merveilles,
Ne cessent pas de t’exalter.

Jamais le soleil ne se couche
Sur ton Royaume, ô Dieu puissant !
Il faut qu’un jour, toutes les bouches
Chantent ta gloire en saints accents.

Magnificat
LCP 107 Mon âme exalte    14 Magnificat
t. HJ Kocher

Mon âme exalte le grand Dieu
Magnifiant sa sainteté.
Malgré ma grande humilité,
Il a sur moi jeté les yeux.

Voici les siècles désormais,
De mon bonheur iront chantant :
Pour elle, Dieu le Tout-Puissant
À mis le comble à ses bienfaits
.