Myrthe MEYER, liste des publications [histoire]

publié le Lundi 31 décembre 2012 par
dans Musicologie > Histoire > Musicologie

Myrthe Meyer, pianiste (1913-1941)
Classe de perfectionnement, grand prix
Conservatoire de Nantes
Organiste à Lyon
« Les Béatitudes », poème biblique pour soli, choeurs et piano, 1934
 

 18 articles publiés par Myrthe MEYER sous le pseudonyme de JEAN-CLAUDE*
« Diverses avancées dans la biographie des compositeurs J. S. Bach, Frédéric Chopin, L. van Beethoven, César Franck, W. A. Mozart, Robert Schumann, Franz Liszt, Franz Schubert, Richard Wagenr, G. F. Haendel, Georges Bizet, Camille Saint-Saëns.
Les principales étapes de la vie musicale de 12 compositeurs sont mentionnées avec un respect pour la chronologie. Formation musicale, oeuvres de jeunesse et de maturité, réussites et échecs. Moments les plus saillants de leur vie créatrice. Rédaction claire et acérée, style direct. Volonté d’être accessible. Les sources reprennent (du moins on l’imagine) les traits réductionnels des manuels musicographiques de l’époque. La structuration des détails est opérante par l’ensemble des caractéristiques sus-mentionnées. Esprit remarquable de synthèse. » (2007) – Commentaire de Michel Fischer, musicologue et organiste, La Sorbonne-Paris IV.

Articles et partition (pdf) disponibles sur demande

Composition

1934 – Les Béatitudes, poème bilique
pour soli, choeurs et piano

MeyerMyrthe-Beatitudespoemebiblique-parties

MeyerMyrthe-Beatitudespoemebiblique-complet

  

Articles publiés

La grandiose Musique est l’écriture de l’homme complet. Paul Valéry

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)
    « J’ai travaillé avec application, quiconque s’appliquera aussi  bien que moi en fera autant. » (J.S. Bach)

Frédéric CHOPIN
   « Rien ne nous rend si grand qu’une grande douleur, et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. » (A. de Musset)

BEETHOVEN
   « Faire tout le bien qu’on peut, aimer la liberté par dessus tout, et, quand ce serait pour un trône, ne jamais trahir la vérité. » (Beethoven)

César FRANCK
   « César Franck légua à la France une école symphonique bien vivante et vigoureusement constituée ». (MM)

MOZART
   « Heure miraculeuse de l’enfance, heure brève de la gloire, heure hâtive de la mort… souvenir et vision de l’être délicieux et unique que fut Mozart. » (C. Bellaigue)
    « Que papa vive sans inquiétude. J’ai continuellement Dieu devant les yeux » (lettre de Wolfgang à ses parents).

Robert SCHUMANN
   « La vie de Robert Schumann est peu fertile en incidents romanesques. Les évènements extérieurs y jouèrent un rôle secondaire… » (MM)

Franz LISZT (I, II)
   « La comète que l’on voyait chaque soir dans le ciel paraissait de bon augure, on décida donc que l’enfant ferait la route glorieuse mais difficile dont son père continuait toujours de rêver »… (MM)

Franz SCHUBERT (I, II)
   « Tout le monde était plus ou moins musicien dans cette famille. Le père jouait du violoncelle. C’était d’ailleurs le devoir de tout maître d’école autrichien, d’aimer et de pratiquer la musique. » (MM)

Richard WAGNER (I, II, III)
    ou la v ie dramatique d’un artiste

Georges-Frédéric HAENDEL (1685-1759)
   « Les yeux de Haendel se sont fermés. La lumière est éteinte. Totale éclipse… Le monde est effacé. » (anonyme)

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)
   « Un mois après la naissance de Haendel, seize mois après celle de Rameau, en France, et de Dominoco Scarlatti, en Italie… » (MM)

Georges-Frédéric HAENDEL (1685-1759)
   « Ses précoces dispositions musicales se heurtèrent à l’opposition formelle de son père, qui, ayant une sorte d’aversion pour la profession d’artiste, voulait que son fils étudiât le droit. » (MM)

Georges BIZET (1838-1875)
    « Bizet, enfant merveilleusement doué, adolescent pauvre, mais laborieux… » (MM)

SAINT-SAËNS (1835-1921)
   « Sa précocité égala presque celle de Mozart. A cinq ans il jouait de petites sonates, à sept ans, il notait de petites valses et autres compositions naïves. » (MM)

* Journaux internes [confessionnels]

_________________
Succession de Myrthe Meyer
Article de presse, Les Concours du Conservatoire (Nantes, sans visibilité de date)
Jury : M. Louis Brisset (président), Mmes Boruhouet-Berceau, Douay-Dupuy, Véron ; MM Colinet, de Gibbon, Frémont, Francillon, Gaubert, Jandin, Jean Marx.
Morceau de concours : Sonate pour piano en si mineur de Liszt : Grand prix de piano à l’unanimité (ex aequo)

Livres :
Marguerite D’ALBERT, Robert Schumann, son oeuvre pour piano, Librairie Fischbacher, Paris 1904
Imré GYOMAÏ, La vie douloureuse de Scumann, Les éditions de France, Paris, 1938
Paul LANDORMY, La vie de Schubert, Gallimard, 1928
Guy de POURTALES, La vie de Franz Liszt, Gallimard, 150e édition, Paris, 1934

MS partition : Myrthe MEYER,  Les Béatitudes, 1934. Poème biblique pour soli, choeurs et piano. Dédicace « A mon cher oncler Ernest, souvenir affectueux »  - [NB. Ecriture réalisée dans le style romantique, examinée également par M.F.]

Meubles et effets personnels :
Tabouret de piano, armoire et bureau
Photographies (portrait), passeport, objets de bureau

NB de l’éditeur, Joëlle-Myrte Gouel :
Le soir précédent son opération, Myrthe eu la prémonition de son décès. L’histoire parle d’un choc pré-opératoire mais l’erreur est possible et les doutes sont permis. De même métier et portant le même nom, je n’ai pourtant eu connaissance de l’existence de ces articles qu’en 2007.  Il m’apparaît opportun, sur ce site, de rendre hommage au talent, à l’ardeur de la foi et des connaissances de ma jeune cousine qui se préparait également à entrer dans l’enseignement.